La récolte commence… à Toulouse

Capture d’écran 2015-02-04 à 22.46.03

Deux conseils scientifiques de l’Equipex Matrice http://matricememory.fr/matrice/fr/ (3 février 2015 pour le dernier) réunissant des historiens (Denis Peschanski, responsable du programme, Thomas Fontaine, Laurent Douzou, Henry Rousso) et des conservatrices des Archives nationales (Patricia Gillet, Rosine Lheureux et Françoise Lemaire) ont encadré un premier travail d’exploration de la série 72 AJ, en quête des témoignages sur la Résistance. Cette exploration  a permis de mettre en lumière une partie des méthodologies du témoignage mises en oeuvre par  les enquêteurs qui furent, dès 1945, déployés sur tout le territoire national par la CHOLF (Commission d’histoire de l’Occupation et de la Libération de la France, 1945-1951), institution historienne pionnière dans le rassemblement des sources orales.  

La richesse de ces documents, leur valeur patrimoniale inestimable ont imposé une décision importante : celle de procéder à une nouvelle récolte de TOUS ces témoignages pour leur donner l’accessibilité et la visibilité qu’ils méritent.  Il importe de mettre en valeur, aujourd’hui, les efforts patients  de la CHOLF puis du CH2GM (Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, dirigé par l’historien Henri Michel), engagés successivement, pendant près de 40 ans au total, dans une entreprise inédite de sauvetage des traces du passé. Les expériences personnelles et collectives d’engagement contre Vichy et l’Occupant nazi que renferment ces milliers de  témoignages leur donnent un portée particulière.

 La typologie que nous avons proposée distingue entre les témoignages sollicités (dont de nombreux témoignages oraux), qui constituent le coeur de cible de l’enquête sur la Résistance, les témoignages empruntés, qui sont de toutes les formes possibles et imaginables, et enfin les témoignages spontanés, plus rares.

Les corpus de témoignages sur la Déportation et sur la Captivité de guerre constitués par le CH2GM seront aussi concernés par cette nouvelle récolte.

 Nous procéderons par étapes régionales. La première nous conduira dans la région de la Résistance R 4 (elle correspond à l’actuelle région Midi-Pyrénées, moins le Lot-et-Garonne, plus l’Aveyron). Les cartons de la Haute-Garonne, aux Archives nationales, ont été intégralement dépouillés et leur contenu testimonial est en cours de numérisation/transcription. 

         La Résistance dans la région toulousaine 

         « Je suis entré dans la Résistance par l’intermédiaire de Jean-Pierre Vernant (col. Berthier) à Toulouse en 1941 », Témoignage de Jean Miailhe, lette en réponse à un questionnaire, AN 72 AJ 125 A I5 

            « Nous ne connaissons pas d’autre honneur que celui de défendre notre patrie jusqu’à la mort. Agir vite, avec calme et dignité. On peut encore sauver la France. Vive la France ! Les jeunes Français de Toulouse » Appel des jeunes de Toulouse, paru dans La Dépêche du 19 juin 194O,  AN 72 AJ 125 A IV45

Le fort ancrage républicain, la grande influence des idées radicales et socialistes, avant la débâcle, favorisent l’essor précoce de la Résistance dans Toulouse et sa région. Le refus est  également porté par tous ceux qui ont trouvé ici un refuge. La situation géographique et  les traditions locales d’accueil ont en effet favorisé l’installation de nombreux  exilés politiques, durant la montée des périls. Les républicains espagnols sont les plus nombreux : un Cercle des intellectuels républicains espagnols est d’ailleurs très actif  à Toulouse. Mais on compte aussi des antifascistes italiens, tels Silvio Trentin, installé dans la ville depuis 1935, où il tient une librairie…

Capture d’écran 2015-02-04 à 21.33.16

Jean-Pierre Vernant,http://www.musee-resistance.com

 C’est dans cette région que s’inscrit l’engagement résistant de Jean-Pierre Vernant. Après l’agrégation de philosophie (1937) et l’armée, il a été nommé, une fois démobilisé, professeur au  Lycée de Garçons de Toulouse, actuel Lycée Pierre-de-Fermat.  Installé dans la ville fin 1940, il noue, parallèlement à sa vie « normale » d’enseignant, de nombreux contacts dans la clandestinité avec ceux qui sont décidés à agir. Il peut compter sur de nombreux amis et recrute également des volontaires. C’est lui qui qui fait entrer Jean Miailhe dans la Résistance, comme le révèle le témoignage de ce dernier, recueilli par le CH2GM. Au tournant des années 1941-1942, Vernant intègre le mouvement Libération-Sud, au sein duquel il encadre des groupes armés. C’est ensuite lui qui dirige l’Armée secrète dans le département de la Haute-Garonne. Les Corps francs qu’il a formés « attaquent les dépôts d’essence, des trains de munitions, font sauter les voies ». Il organise notamment le sabotage de la poudrerie de Toulouse. Il sera nommé responsable des FFI pour la Haute-Garonne : c’est dans ces fonctions qu’il a lui-même contribué à rassembler des témoignages sur la Résistance, dont on retrouve une partie dans la série 72 AJ, conservée aujourd’hui aux Archives nationales, à Pierrefitte-sur-Seine. Il adressa en effet ce message aux membres des FFI locaux, en septembre 1944 :

« Tous les chefs d’unité voudront bien m’adresser, dans les plus brefs délais, les récits d’événements anciens ou plus récents, relatifs tant à la Résistance qu’à la fin de la bataille décisive de la Libération. Ces récits devront toujours être vérifiés, attestés par des témoins oculaires et datés. » (Note de service du 2 septembre 1944, cité par Julien Blanc, «  L’histoire de la Résistance dans les travaux du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale  » in Laurent Douzou (dir.), Faire l’histoire de la Résistance, Presses Universitaires de Rennes, 2010.)

        Parmi ces témoignages, on retrouve le « Récit de l’arrestation et de l’évasion de l’Etat Major de l’AS de la Région 4 » (AN 72 AJ 125 A I-20). Il sera prochainement publié ici, en intégralité…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *